10.03.11

Lei garris

L'endeman de matin, lo maselier abriva son juec de mòrt coma d'abituda, s'encamina au galinier... mai pas per governar, d'aquesta passa : a de benzina e d'unei broquetas a la man. S'en vai carbonizar lo molon. Maudich siegue tant de ratum que rosiga lo comun...Aganta lo saquet en sarrant lo ponh, un saquet ont cascalha ferme la ratalha. Rire de chin. Lei garris, leis a agantat un a chac un, n'a set ara, de garris que venián s'apasturar au galinier, sobras de granilhas... Arrosa lo grolhum de combustible, garça lo fuec. Lo saquet... [Lire la suite]
Posté par emboligol à 04:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13.03.11

Les charrettes arnachées de Bagan

Le chant religieux avait commencé au crépuscule et faisait de ma nuit un délire, impossible de fermer l'oeil, pire que les assauts des moustiques : c'était une chanson improbable, monocorde, une voix de mec, très habitée, un truc d'une longueur extravagante, une mélopée incessante, si longue que la moindre radio occidentale aurait bien entendu refusé de passer ne serait-ce que le début du commencement... Ce chant mystique se poursuivait toute la nuit, de la fin de la lumière du jour jusqu'à son début, una alba quoi (ont'es lo trobador... [Lire la suite]
Posté par emboligol à 19:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]